Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Parlons Emploi

  • Compte Nickel, alternative toxique pour les demandeurs d'emploi

    Imprimer

    Son slogan, "100% utile, 0% toxique", devient du 100% BNP. Et tant pis pour les clients !

    compte nickel.pngAvec 323 500 ouvertures de compte en 2017, la néo-banque Compte Nickel a continué de s'imposer en France comme l'alternative à la banque traditionnelle, au point d'espérer atteindre le millionième client cet été. Et l'absence de services traditionnels était jusqu'à présent compensée par la simplicité et la gratuité... Seulement voilà, avec le rachat par BNP Paribas, les clients commencent à grincer des dents.

    Qui sont les clients de Compte Nickel ?

    Majoritairement, les demandeurs d'emploi et les interdits bancaires. C'est d'ailleurs son cœur de cible depuis l'origine. Pour atteindre cette clientèle, la pseudo-banque, qui ne propose ni découvert autorisé, ni dépôt de chèques, ni compte sur livret, a proposé la gratuité pour tout rejet bancaire. Ce qui la plaçait dans la situation d'être la solution la plus économique pour les demandeurs d'emploi.

    Les intérimaires, par exemple, perçoivent généralement leur salaire au milieu du mois. Les personnes inscrites à Pôle-Emploi, qui ont des contrats de quelques jours ou quelques semaines, ne touchent pas forcément non plus des indemnités dans les premiers jours du mois. Sans compter les virements de la CAF qui peuvent subir un différé... Bref, pour toutes ces raisons, il est fréquent que les chômeurs aient des rejets de prélèvement. Pas parce qu'ils refusent de payer, ni qu'ils sont des dépensiers invétérés, mais pour des raisons externes à leur volonté.

    Compte Nickel, se présentant ainsi comme "0% toxique", proposait la parfaite gratuité pour ces situations. A contrario, la néo-banque vivait des renouvellements annuels (20€/an), des retraits (1€/retrait), des dépôts et d'autres services facturés.51czv6qZoWL._SX330_BO1,204,203,200_.jpg

    Sauf que depuis le 1er février 2018, suite au rachat par la très coûteuse BNP Paribas, Compte Nickel est devenu une pseudo-banque avec aussi peu de services mais surtout avec des coûts qui explosent.

    A compter du deuxième rejet de prélèvement, Compte Nickel facture ainsi chaque rejet 10€. Pour quel motif ? "Responsabiliser ceux qui abusent de notre bienveillance". Les demandeurs d'emploi deviennent ainsi des irresponsables, qu'il faut facturer pour leur faire comprendre qu'ils ne sont pas les bienvenus ! Alors on ne peut que s'étrangler lorsque le patron de l'établissement clame encore aujourd'hui : "Compte Nickel est venu apporter une réponse à ceux qui ne veulent plus payer d'incidents bancaires".

    Entré dans le giron de la BNP, Compte Nickel s'est éloigné de son objectif d'origine, pour devenir un établissement absolument comme les autres. "Demandeurs d'emploi, dehors !"

  • Chauffeur poids lourd : un métier amené à disparaître

    Imprimer

    selfdrivingtruck.jpgLa pétrolière canadienne Suncor Energie annonce la suppression de 500 emplois de chauffeurs poids lourds.

    Qui aurait imaginé des camions chargés de produits pétroliers, circulant sur les routes mais sans chauffeur ? Personne. C'est pourtant le paris fait par Suncor Energie.

    Le pétrolier canadien, qui a fêté l'année dernière sa centième bougie et réalise un chiffre d'affaires de plus de 77 milliards de dollars canadiens (50 milliards d'euros*), fait figure de mastodonte de l'énergie. Les décisions du groupe sont donc le travail d'une longue réflexion, qui donne une idée par ailleurs du marché pour l'ensemble des entreprises du secteur.

    En janvier, Suncor Energie a annoncé la suppression de "500 postes de camionneur au cours des six prochaines années, à mesure qu’elle allait se doter de camions 100% autonomes", révèle le magazine Les Affaires. Pour combien de postes créés dans l'aménagement de ce nouveau mode de travail ? Une centaine, composés essentiellement d'informaticiens.

    Photographie : prototype Mercedes de tracteur sans chauffeur.